Le rat domestique
Accueil
rattus norvegicus

Les conseils de Béa!

 

Mon premier rat...
A qui conseiller le rat...
Quelques particularités qui sont bonnes à connaître...
Comment le choisir?
Un rat chez soi...
Pour les repas...
La première visite chez le vétérinaire...

 

Mon premier rat...
Le plus regrettable je crois, c’est que son intelligence est inversement proportionnelle à sa durée de vie (en comparaison avec d’autres rongeurs). C’est bien dommage... L’attachement d’un rat pour son maître (et inversement) est quelque chose de remarquable. A croire que si la route du rat a souvent croisé celle de l’homme dans l’histoire, ce n’est pas une coïncidence.
Actuellement, on estime qu’il y a trois rats par habitant sur notre planète. Certains les fuient, les tuent, d’autres en font leurs allies, voire leurs amis.

A qui conseiller le rat...
C’est un animal remarquablement intelligent (je sais, je me répète) et particulièrement sociable. Il est aussi très affectueux et ne mord qu’exceptionnellement (par peur).
Son élevage et son entretien restent relativement simples (si l’on ne fait rien d’aberrant bien sûr). Globalement, avec la souris, c’est aussi l’animal le moins onéreux. Il convient donc bien à des petits budgets.
Sa petite taille en fait un animal qui passe partout et avec peu de contraintes. Mais il reste fragile et donc d’une manipulation délicate (attention à éviter le bout de la queue pour l’attraper). C’est pour cela que je ne le conseille pas à des enfants au dessous de six ans. Ca implique aussi un engagement de la part des parents qui doivent leurs apprendre à le manipuler et à s’en occuper (ceci dit, vu la répugnance de certains adultes face à un rat, ce dernier tombe rarement dans les mains de trop jeunes bambins!!).

Quelques particularités qui sont bonnes à connaître...
Heu... il est intelligent?!
Il est capable de faire le rapprochement entre deux événements très proches et a une faculté d’adaptation hors du commun.
Pour exemple (et après j’arrête), savez-vous pourquoi les poisons anti-coagulants sont les seuls réellement efficaces dans la lutte contre la surpopulation de rats d’égout? Comme leur nom l’indique, il empêche le sang de coaguler. Le moindre coup, le moindre hématome (comme lorsqu’on se fait un bleu en heurtant un meuble ou pendant une bagarre), devient rapidement une hémorragie mortelle. Mais ça ne survient que longtemps après que le rat l’ait absorbé. Il a eu le temps de s’éloigner. Si un rat trouve un autre rat mort à côté d’une nourriture, vous pouvez être sûr qu’il ne la consommera pas. Mais dans le cas de ce poison, il n’y a pas de mort à côté de l’appât et le rat ne peut pas faire le rapprochement. Il y a souvent à plusieurs centaines de mètres d’écart.
Toujours dans le même exemple, le rat, non seulement ne consommera pas un aliment qui aura foudroyé un congénère à proximité, mais en plus, est capable d’avertir le reste de sa colonie. Il a une grande faculté à communiquer.

Tout cela pour en arriver à une caractéristique essentielle du rat : c’est un animal grégaire.
Techniquement, ça veut dire que vous pouvez vous permettre de n’avoir qu’un seul rat, mais à condition que vous puissiez lui consacrer plusieurs heures par jour, pour lui faire oublier l’absence de congénère(s) et pour qu’il ne se sente pas seul.

Une particularité anatomique chez le rat fait que, en cas de stress important, il pleure des “larmes de sang”. On appelle cette particularité la chromodacryorrhée. C’est le résultat de la fabrication d’un pigment rouge qui colore les sécrétions aqueuses de l’oeil. A ne pas confondre avec une maladie virale qui provoque des symptômes équivalents. De toute manière, à l’apparition de telles larmes, il faut consulter un vétérinaire.

Comment le choisir?
Il existe plusieurs couleurs (j’aime particulièrement les variétés que les animaliers appellent des rats husky) voire plusieurs types de poils (si,si, ça va du rat nu au rat rex, avec même certaines variétés à poils mi-long).
Son bout de nez et le tour de ses yeux ne doivent pas couler et vous ne voyez pas de croûtes. Observez-le un instant et regardez s’il n’éternue pas.
Le pelage doit être doux et soyeux, sans croûte ni dépilation et parfaitement lisse. Des oreilles à l’aspect dentelé (en choux fleur parfois) sont un signe typique d’une maladie parasitaire (acariens ou pire).
Regardez la cage et cherchez d’éventuels signes de diarrhée.
Il doit être vif et actif, capable de se tenir debout sur ses pattes arrières, en train de vous observer!

Pour profiter au maximum de son rat et avoir un maximum de complicité avec lui, il vaut mieux le prendre jeune. L’âge idéal est celui du sevrage (vers 5 semaines) mais difficile d’en avoir la certitude dans l’animalerie. S’il a déjà de l’embonpoint, c’est qu’il est trop vieux. Mais en dehors de cela, aucune certitude.
Le choix du sexe importe peu. Les mâles ont une odeur plus forte et ont la mauvaise manie de marquer souvent leur territoire en urinant. Mais ils sont calmes. Les femelles sont plus propres. Mais elles sont plus remuantes, plus dévastatrices également. Il faut penser en fonction de son tempérament et de ce que l’on recherche comme rapports avec son animal.

Suite ->

Un rat chez soi...
Pour un seul animal, une cage de 50x30 (x50h) peut devenir un environnement très confortable. Il faudra un minimum de 2000 cm2 au sol si l’on désire avoir un couple. Les 50 cm de haut sont nécessaires car le rat aime bien se redresser sur ses pattes arrières. On pourra même y accrocher une mezzanine. N’oubliez pas que le rat est très dynamique.
Le bac en plastique doit être solide et épais (peu importe la couleur), avec des barreaux métalliques et de préférence horizontaux pour permettre à votre animal de grimper ou même seulement de s’étirer.

La litière sera essentiellement de la litière végétale (mais pas de la litière pour chat). Il faut éviter les copeaux car même peu poussiéreux, cela cause parfois des gênes respiratoires. On pourra se contenter de la changer une à deux fois par semaine. C’est un animal propre qui fera le plus souvent à un endroit précis de la cage. C’est souvent l’odeur qui décide le propriétaire.
Évitez tous les accessoires en plastique. Il vaut mieux le métal (pour la gamelle ou même une roue que certains jeunes rats apprécient, mais peuvent délaisser une fois adultes) ou le bois (pour la maison, des étagères, des accessoires de jeu comme des tunnels...).
Mais attention à l’accumulation de distractions et d’objets dans la cage. Cela rend celle ci plus difficile à nettoyer. Il faudra également rechercher d’éventuelles réserves qu’il aura pu faire et les enlever.
La cage doit être placée dans un endroit exempt de tout courant d’air. La pièce devra être maintenue à une température optimale de 20-23°C. Mettez la cage dans une pièce où votre rat verra souvent du monde et de préférence à hauteur, sur une table. Cela favorise considérablement les contacts. Il faut éviter la proximité directe avec une baie vitrée car la température montre très vite et il risque de mourir d’un coup de chaleur.
Pour un maximum d’hygiène, il est conseillé de nettoyer la cage et tous les accessoires à fond au moins une fois par mois.

Pour les repas...
Il est important de ne pas sur-nourrir votre rat. Il peut grossir très rapidement et nous rencontrons en consultation de plus en plus souvent des rats obèses. Ils aimeront peut-être le sucre ou le chocolat, mais ce n’est pas du tout bon pour eux.
Pour contrôler la quantité, il est intéressant d’utiliser des bouchons compacts pour les souris et les rats. Cela empêche le rat de trier et il reçoit tous les nutriments dont il a besoin. Ces bouchons sont particulièrement bien étudiés car le rat est très sensible à la quantité et à la qualité des protéines qu’il consomme.
Bien sur, vous pourrez lui faire plaisir de temps en temps en lui donnant des fruits et des légumes (en prenant soin de ne pas choisir ceux qui contiennent beaucoup d’eau comme la poire ou le concombre). Il faudra respecter quelques règles :
- ne donnez jamais des aliments sortant directement du frigo,
- lavez soigneusement tout aliment et distribuez-le une fois bien sec,
- retirez tout aliment frais qui ne sera pas consommé dans l’heure suivante,
Il est amateur de carotte, de pomme... mais il faudra éviter tous les agrumes ainsi que le kiwi, qui sont trop acides.
Il appréciera également le pain, les fruits et légumes secs, et même les pâtes sèches!
Vous pourrez lui donner un peu de fromage (pas plus de quelques grammes par semaine) et lui faire goûter certains laitages (mais toujours attendre après sa sortie du frigo).
Globalement, 5 à 7g de nourriture pour 100g de rat par jour semble être une moyenne.
Le rat est un animal délicat qui ne mangera pas de nourriture souillée. Il peut être intéressant d’avoir des gamelles métalliques et faciles à nettoyer. Comme le rat aime bien grimper dessus pour trier ses aliments, il faudra qu’elles soient solidement fixées ou lourdes (comme pour la céramique) afin qu’elles ne se renversent pas.


Le biberon, accroché à l’extérieur de la cage, doit toujours être plein et permet de garder l’eau propre à l’abri de la poussière et des souillures.

Il faudra aussi leurs apporter un complément de sels, minéraux et vitamines. La forme pratique la plus couramment utilisée reste la pierre à lécher. Elles sont en vente dans toutes les animaleries. Choisissez la plus complète et puis faites-lui goûter... il y en a toujours une meilleure que les autres.

Le bois laissé dans la cage pour faire “grimpette” aura une double utilisation, échelle et lime à dents (car elles sont à croissance continue, comme chez les autres rongeurs). Les essences à privilégier sont le saule, le noisetier, les branches d’arbres fruitiers non traités, et le tout ne sera donné que parfaitement sec, sans bourgeon ni feuille et préalablement brossé.

La première visite chez le vétérinaire...
C’est l’occasion de s’assurer que votre rat est en bonne santé (notamment vérifier d’éventuels problèmes de peau). Vous pouvez également vous faire confirmer le sexe de votre compagnon (et on a souvent des surprises). Il n’y a aucune vaccination à lui faire faire, sauf si vous avez l’intention de lui faire franchir une frontière.